En savoir plus sur la méditation et la sophrologie

Virginie Champion, Sophrologue, anime de nombreux stages et ateliers à travers l’association Mon Harmonie qu’elle a fondée. Riche d’expérience et de pratiques, elle est aussi l’auteure et la douce voix de nos méditations guidées.

 

Virginie Champion nous éclaire.

 

L’objectif de tout sophrologue est de rendre ses clients autonomes et libres dans leur pratique.

.

Qu’est-ce que la sophrologie ? Comment en êtes-vous venue à pratiquer ce métier ?

La sophrologie est à la fois une méthode, une pédagogie et un art de vivre. Par le relâchement des tensions physiques et mentales celui qui pratique la sophrologie s’ouvre à une plus grande disponibilité à lui-même. Il apprend à se découvrir sans jugement, loin des idées reçues. Cela permet de changer son regard et ses modes d’action vis-à-vis de soi et de son environnement.

Ma devise : cultiver ma présence pour un meilleur rapport au monde.

J’ai compris il y a longtemps que je deviendrai praticienne. Il a fallu le temps de me stabiliser, de mûrir, de faire un travail avant de se lancer. Il est aussi nécessaire de trouver la méthode qui nous convient à nous, praticien. Il y a beaucoup de techniques intéressantes mais on ne peut pas tout faire. Je voulais pratiquer une méthode corporelle qui donne de la liberté et qui repose sur la responsabilité de chacun, en mettant praticien et client dans un rapport d’égalité – le contraire de l’analyse. En tant que praticien la sophrologie est un condensé de nombreuses méthodes et chacun peut donc y trouver son compte.

Elle rend autonome celui qui la pratique et elle donne des résultats stupéfiants et rapides.

.

Quels sont les points communs entre la sophrologie et la méditation ?

Ces deux pratiques se caractérisent par un « état modifié de conscience » dans le but de se rendre disponible à soi, d’observer de loin le flux de pensées et de s’ouvrir à ce qu’on appelle la « pleine conscience ». Les deux utilisent des leviers communs en particulier la concentration et l’attention. Le Pr Caycedo qui a créé la sophrologie, a voyagé pendant trois ans en Asie pour découvrir différentes techniques dont le yoga, le zazen et le bouddhisme tibétain. Les exercices de sophrologie reprennent certains éléments de ces pratiques. Il y a aussi des divergences naturellement.

.

En observant ce qui se passe en nous, on s’aperçoit vite que notre cerveau produit un flux continu de pensées. Comment expliquer-vous ce phénomène ? Pourquoi est-il si difficile de faire le silence à l’intérieur de nous ?

Le plus simplement du monde : notre cerveau est fait pour penser. C’est notre mental qui se manifeste sous cette forme. Et généralement nos pensées manquent cruellement de bienveillance et se focalisent sur le négatif. C’est le stress qui nous oriente vers cela, le besoin de survie en quelque sorte.

Il est difficile de faire le silence à l’intérieur et plus nous recherchons ce silence moins nous le trouvons. Chaque fois que nous voulons que cela s’arrête, bien souvent nous ne faisons que renforcer le bruit de nos pensées. Il s’agit plutôt de laisser ce flux de pensée s’opérer, de l’observer et de l’écouter comme le fond sonore d’une radio laissée allumée : on l’entend sans y prêter attention.

On peut tout aussi bien décider de se concentrer sur autre chose et reprendre les rênes de notre attention. Avec l’entraînement on apprend à rediriger son attention de cette façon chaque fois que nécessaire. C’est le travail de l’intention.

.

A quoi ressemble une expérience méditative ? Que se passe-t-il en nous lorsque l’on médite ?

Vous le saurez quand vous la vivrez.

.

Comment intégrer la méditation au quotidien ? Quels conseils pouvez-vous nous donner ?

Je n’ai pas de conseil à donner. A chacun de tester ce qui lui convient le mieux. Je constate toutefois que le mieux est d’y aller progressivement, sans être trop ambitieux, plutôt bienveillant et ne pas se juger trop durement si on n’arrive pas toujours à faire sa méditation quotidienne.

Le mieux c’est de tester différentes possibilités. Se réveiller un peu plus tôt pour faire sa méditation, le faire dans les transports en commun ou après le déjeuner ou encore en rentrant du travail.

Trouver le bon compromis qui nous permet de créer de bons réflexes et de la régularité dans la pratique. Mieux vaut méditer 5 minutes par jours que 20 minutes une fois par mois. Et ne croyez pas qu’on ait besoin de se mettre sous un platane pour méditer.

Brossez-vous les dents en vous concentrant sur le geste même et les sensations. Marchez lentement en sentant l’appui sur le sol de chacun de vos pas.

Méditez commence avec la conscience de ce qu’on fait, tout simplement.

.

Vous animez des groupes de méditation, pouvez-vous nous partager votre expérience ?

L’animation des groupes est quelque chose de merveilleux. J’ai beaucoup de gratitude pour les personnes qui suivent les cours que j’anime car j’apprends tellement à leur contact.

C’est à mon sens une énorme responsabilité en tant que praticien et il est très important pour le pédagogue d’être conscient de son propre état lors des animations. C’est aussi une expérience sociale. Chacun apprend à exprimer son ressenti en public et à accueillir l’autre avec bienveillance. Les participants s’aperçoivent rapidement que les autres sont beaucoup plus indulgents avec eux qu’ils ne l’imaginaient. On se juge souvent plus durement que les autres ne le font. C’est créateur de lien, le groupe devient une entité qui fonctionne de lui-même et qui vit.

Voir chacun tisser des liens malgré les différences, parfois entre des personnes qui n’ont rien en commun est quelque chose de magnifique.

.

Comment se passe une séance individuelle chez un sophrologue ?

La première séance est un peu particulière car il s’agit de faire un état des lieux, de faire connaissance et d’expérimenter si l’alliance peut se créer entre le sophrologue et le consultant. Une fois l’alliance créée, le protocole et le nombre de séances sont déterminés par le sophrologue.

Chaque séance aborde une question en lien avec l’objectif déterminé. Nous faisons le point, nous abordons la thématique et le sophrologue propose une pratique en rapport avec celle-ci.

A la fin de la pratique, un nouveau temps d’échange permet au consultant d’exprimer son vécu et au sophrologue de recueillir des informations précieuses pour les séances à venir. Des consignes interséances sont également données.

Car l’objectif de tout sophrologue est de rendre ses clients autonomes et libres dans leur pratique.

.

Une citation préférée ?

En ce moment Lao tseu :

« Celui qui conquiert autrui est fort, celui qui se conquiert lui-même est invincible. »

.

Virginie Champion, Sophrologue

www.monharmonie.fr

Retrouvez ses méditations guidées : www.topmeditation.com/nos-therapeutes